Übersetzungsbüro

Glossaire de la traduction et de l’interprétation
Glossaire de la traduction et de l’interprétation

Glossaire de la traduction et de l’interprétation

Nous avons créé un glossaire de la traduction et de l'interprétation pour une meilleure compréhension :

Agence de traduction
Une agence de traduction est une entreprise qui propose des services de traduction et des prestations qui lui sont liées comme la préparation de copie, la correction d'épreuves, la rédaction technique, etc. Dans de nombreux cas, des services d’interprétation consécutive et simultanée sont également proposés. L’avantage d’une agence de traduction est qu’elle propose des traductions dans de nombreuses langues. Par exemple, un client qui souhaite faire traduire un manuel d’instructions dans dix langues n’a affaire qu’à un seul interlocuteur et s’épargne donc la recherche fastidieuse de dix traducteurs disponibles. L’agence de traduction prend en charge toute la gestion de projet. Autre avantage, les agences de traduction travaillent avec plusieurs traducteurs pour chaque langue, ce qui est particulièrement important lors des périodes de congés ou pour les projets plus volumineux.

Base de données terminologique
L’emploi d’une terminologie uniforme est une composante fixe de l’identité des grandes entreprises. Pour pouvoir garantir cette unité, des glossaires ou des bases de données terminologiques multilingues sont souvent créés.

Chuchotage
Cette forme d’interprétation se définit par le fait que le contenu d’un discours est chuchoté en même temps (simultanément) à un groupe restreint de personnes dans la langue souhaitée. L’interprète est à proximité immédiate de la personne pour laquelle il réalise l’interprétation. En génréral, on n’utilise pas de moyens techniques pour ce genre d’interprétation, sauf dans certains cas où un système d’interprétation mobile (casque « bidule ») peut être utilisé. Le chuchotage est une forme particulière de l’interprétation simultanée.

Correction d'épreuves Proofreading »)
Ce sont les corrections dans le texte dans la langue cible avant son impression. Le correcteur d’épreuves vérifie et homogénéise à nouveau tous les aspects formels, c’est-à-dire, la ponctuation, l’orthographe, la typographie (la casse, la césure), la mise en page (format des titres, numéros de page, retraits, placement des images, désignations des images ou légendes). Les modifications de contenu ou de formulation ne devraient plus être nécessaires à ce stade. Il est recommandé, notamment avant d’envoyer une traduction à l’impression, de la faire relire à nouveau par le traducteur afin qu'il en relève les coquilles éventuellement survenues lors de la composition.
À cet effet, les mêmes points que ceux d’une révision sont vérifiés, seule la comparaison entre le texte source et le texte cible disparaît.

Dialecte
Un dialecte est une variété linguistique (de langue) régionale ou sociale. Les dialectes sont des variétés linguistiques de la « langue standard ». Faire la différence entre « dialecte » et « langue » n’est pas toujours évident. Sur le plan linguistique, il n'y a aucune différence entre « dialecte » et « langue ». La distinction s'effectue seulement à partir de trois caractéristiques non linguistiques, ou politiques : le dialecte accède au statut de langue lorsqu'il obtient un statut officiel, devient un instrument de diffusion par l'écriture et enfin, subit une normalisation, ou standardisation.

EN 15038 / EN 17100
La norme EN 15038 est la norme de qualité européenne pour les services de traduction. Elle a été adoptée le 13 avril 2006 par le Comité européen de normalisation (CEN). Elle a été abrogée et remplacée en 2016 par la norme de qualité internationale ISO 17100:2015.

Environnement linguistique
L’environnement linguistique se compose des conventions linguistiques, culturelles, techniques et géographiques d’un groupe cible donné.

Grammaire
Par « grammaire », on entend l’ensemble de chaque règle d’une langue, c’est-à-dire, la structure d’une langue. Il existe souvent différentes variantes régionales d’une langue qui peuvent différer, entre autres, dans la grammaire. Une attention particulière doit lui être portée lors des traductions afin que le texte cible puisse remplir la fonction attendue par le client.

Interprétation
L’interprétation est la transmission orale d’un discours d’une langue vers une autre. L'accent n’est pas mis sur la restitution mot-à-mot ou la reproduction stricto sensu de phrases isolées, mais sur la transmission active, ou courante, du contenu et du sens dans son ensemble. L’interprétation exige une concentration extrême de la part de l’interprète qui doit écouter et parler simultanément. Entendre, immédiatement comprendre les propos de l’orateur dans la langue source (une consultation de l’orateur n’est possible qu’en de rares occasions) et les transmettre dans la langue cible : telle est la mission de l’interprète. L’interprète doit trouver les mots à point nommé. Ceci n’est possible que s’il dispose de l’expérience nécessaire et de vastes connaissances sur le sujet en question. On distingue l’interprétation consécutive, l’interprétation simultanée, l’interprétation en langue des signes et le chuchotage.

Interprétation consécutive
La traduction est la transmission écrite d’un texte d’une langue vers une autre, tandis que l’interprétation est la transmission orale d’un discours d’une langue vers une autre. Il ne s’agit pas de reproduire une phrase mot à mot, ou littéralement, mais d’interpréter le sens d’une phrase et son contexte dans une langue source et de les restituer vers une langue cible. L’interprétation exige une concentration maximale, car l’interprète doit dans le même temps écouter et parler. Entendre, immédiatement comprendre les propos de l’orateur dans la langue source (une consultation de l’orateur n’est possible qu’en de rares occasions) et les transmettre dans la langue cible : telle est la mission de l’interprète. On distingue traditionnellement l’interprétation consécutive, l’interprétation simultanée, l’interprétation en langue des signes et le chuchotage. L’interprétation consécutive est caractérisée par le fait que l’orateur ne communique que quelques phrases que l’interprète retransmet immédiatement vers une autre langue. L’interprétation consécutive est typique des négociations et des visites guidées, mais elle nécessite deux fois plus de temps que l’interprétation simultanée, car, ici, le contenu n’est pas interprété simultanément. Lorsque l’interprète accompagne des personnes lors de visites, guidées ou non, on parle d’interprétation de liaison. Si l’interprète travaille pour un groupe plus important, il peut utiliser un système d’interprétation mobile (système de visites guidée).

Interprétation en langue des signes
Pour ce type d’interprétation, le contenu du discours émis dans la langue source est retransmis en langue des signes. Les interprètes doivent toujours être parfaitement visibles par les participants sourds et doivent se placer, dans le meilleur des cas, à côté de l’orateur.

Interprète expert de justice
L’interprète expert de justice se tient spécifiquement à la disposition des tribunaux et des autorités, et dispose des compétences spécialisées appropriées. L’interprète expert de justice effectue des missions judiciaire ou extrajudiciaire. En matière judiciaire, il assure l’interprétation consécutive, ou plus rarement simultanée, et souvent le chuchotage auprès de magistrats du Parquet, des magistrats du siège, des officiers de police judiciaire (par ex., gardes à vue, débats contradictoires, expertise psychiatrique, etc.). En matière civile, ce sont en général les parties, c'est-à-dire, leurs avocats, notaires ou d’autres experts de justice qui font appel à l’expert interprète. Sa mission est alors extrajudiciaire : il intervient auprès des particuliers, avocats, notaires, avoués, huissiers, cabinets d’audit et d’expertise comptable, des chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers et tribunaux d’instance et mairies (par ex. cérémonies de mariage, signature des contrats commerciaux, financiers et industriels, etc. (source : SFT, Société Française des traducteurs) En France, l'interprète expert de justice est une personne physique qui est inscrite près la Cour d’Appel de la juridiction X, en qualité d’interprète en langue(s) X, ou bien agréée par la Cour de cassation, en qualité d’interprète en langue(s) X. Le titre d’expert interprète est conféré par ladite Cour suite à la prestation solennelle de serment, selon laquelle l'expert s'engage à prêter son concours à la justice, accomplir sa mission, faire son rapport et donner son avis en son honneur et sa conscience. (source : SFT, Société française des traducteurs)

Interprétation simultanée
La traduction est la transmission écrite d’un texte d’une langue vers une autre, tandis que l’interprétation est la transmission orale d’un discours d’une langue vers une autre. Il ne s’agit pas de reproduire une phrase mot à mot, ou littéralement, mais d’interpréter le sens d’une phrase et son contexte dans une langue source et de les restituer dans une langue cible. L’interprétation exige de l’interprète une concentration maximale, car celui-ci doit dans le même temps écouter et parler. Entendre, immédiatement comprendre les propos de l’orateur dans la langue source (une consultation de l’orateur n’est possible qu’en de rares occasions) et les transmettre vers la langue cible : telle est la mission de l’interprète. On distingue traditionnellement l’interprétation consécutive, l’interprétation simultanée, l’interprétation en langue des signes et le chuchotage. Dans le cas de l’interprétation simultanée, la reproduction du discours dans la langue cible se fait en même temps (simultanément) que le discours dans la langue source. On l’appelle parfois interprétation en cabine à cause des cabines insonorisées depuis lesquelles les interprètes travaillent. Les participants au congrès ou à la conférence entendent la traduction par l’intermédiaire d’un casque. Chaque paire de langues nécessite une cabine avec deux interprètes.

ISO 639-1
L’ISO 639 est une norme qui harmonise l’utilisation des abréviations pour les noms de langue, fournissant deux codes de langue pour représenter les noms de langue. La norme comprend différentes parties présentées sous le titre général Codes pour la représentation des noms de langue. L’ISO 639-1 fournit à chaque langue un code alphabétique à deux lettres. Dans la mesure où cette méthode ne permet d’inventorier que 572 langues, toutes les langues du monde ne sont pas incluses. L’ISO 639-2 fournit un code alphabétique à trois lettres, ce qui permet donc d’inventorier 17 576 langues. La norme ISO 639-1 reste cependant en usage. L'expérience montre que les prestataires de services de traduction ont rarement affaire à une langue qui n’est pas incluse dans l’ISO 639-1.

Langue cible
Langue vers laquelle l’interprète ou le traducteur travaille.

Langue source
Langue à partir de laquelle l’interprète ou le traducteur travaille.

Lecture-correction (voir préparation de copie, révision)
La « lecture-correction » est désignée par le terme « révision » dans la norme ISO 17100. Selon la norme ISO 1700, la révision consiste à vérifier que le contenu de la traduction corresponde à celui du texte en langue source, respecte les règles et les conventions de la langue cible. À cet effet, le texte source (l’original) est comparé au texte cible (traduction). En anglais, on utilise, dans ce contexte, les termes de revision et revising. Lors de la révision, les points suivants sont vérifiés, corrigés voire améliorés si nécessaire : style, grammaire, orthographe, ponctuation, exhaustivité (donc la cohérence et sens du contenu par rapport au texte source). Conformément à la norme ISO 17100, la révision doit toujours être effectuée par un deuxième traducteur et un lecteur-expert. La lecture-correction donne lieu à la préparation de copie, qui précède la correction d'épreuves. Pour parler de « correction d'épreuves », on utilise le terme de proofreading. 

LICS
L’abréviation LICS signifie Language Industry Certification System. Le LICS est une marque de certification internationale qui a été fondée par AS+ Certification, une filiale de l’organisme de normalisation autrichien, l’Austrian Standards Institute, et par TermNet, le réseau international de terminologie. Il vise à développer une certification uniforme et reconnue à l’échelle internationale pour le secteur des langues.

Localisation
La localisation est l’adaptation linguistique et culturelle d’une traduction d’applications logicielles, de descriptions techniques, de modes d’emploi, de manuels d’utilisation, etc. au marché local du groupe cible.

Matériel d’interprétation
Dans le cas de l’interprétation simultanée, les interprètes travaillent dans des cabines spéciales à partir desquelles les participants au congrès ou à la conférence entendent la traduction par l’intermédiaire d’un casque. En voilà le fonctionnement : les conférenciers parlent dans un micro sans fil, un micro-cravate ou un micro-oreillette. Les signaux des conférenciers parviennent à une table de mixage grâce à des récepteurs appropriés. Celle-ci transmet le signal sous une forme adaptée et optimisée à des « boîtes » situées sur la scène, qui permettent d’entendre le signal original dans la salle et dans les cabines des interprètes. Les interprètes entendent le discours du conférencier via un casque et traduisent simultanément dans leur micro. Le signal des interprètes, c’est-à-dire le discours dans la langue cible, est retransmis via un micro dans un émetteur connecté à plusieurs émetteurs infrarouges. Ces émetteurs infrarouges permettent de transmettre le signal des interprètes aux auditeurs. Chaque auditeur dispose d’un petit récepteur léger et facile à utiliser, dont il peut régler le volume sonore et choisir différents canaux (et donc les langues). Afin de garantir une réception sans interférences, une quantité suffisante d’émetteurs infrarouges doit être disponible sur place. Le nombre d’émetteurs nécessaires dépend de la taille de la salle, du nombre de canaux nécessaires (la surface d’illumination d’un émetteur diminue en fonction du nombre de canaux à transmettre) et de l’installation d’éclairage de la salle (la lumière directe du soleil altère fortement la transmission infrarouge). Étant donné que les ondes extrêmement courtes des émetteurs infrarouges peuvent difficilement gérer les obstacles par diffraction des ondes, les émetteurs doivent être placés de manière à établir au moins un contact visuel approximatif avec les récepteurs. Les surfaces claires et lisses présentent un avantage puisqu’elles réfléchissent la lumière infrarouge, améliorant donc la fiabilité de réception.

MemoQ
MemoQ est un logiciel qui assiste le traducteur dans le processus de traduction. Parmi les outils de TAO les plus connus, on compte également, outre MemoQ, Trados, Across, Transit, etc. Les outils de TAO sont utilisés pour les projets de plus grande envergure pour lesquels une terminologie uniforme et la création de bases de données réutilisables sont de la plus grande importance. Le logiciel de TAO divise le texte à traduire en segments. En règle générale, un segment est une phrase. Lors de la traduction, le segment du texte source forme une unité de traduction avec le segment correspondant du texte cible. Les unités de traduction sont enregistrées dans un fichier appelé « mémoire de traduction » à laquelle il est toujours possible d’accéder automatiquement lors de prochaines traductions.

Mise en page, composition
C'est l'organisation d’un texte selon des directives précises définies par le donneur d’ouvrage, comme la longueur du texte, la conception visuelle, l’insertion des illustrations et de leurs légendes, etc.

Orthographe
L’orthographe est l’ensemble de règles et d’usages qui régissent la manière d’écrire les mots d’une langue. Il existe souvent différentes variantes régionales d'une langue, dont l'orthographe peut varier, entre autres choses. Un soin tout particulier doit être porté à l'orthographe, dans les traductions, afin que le texte cible puisse remplir la fonction attendue par le client.

Outil de TAO
Un outil de TAO est un logiciel qui assiste le traducteur pendant le processus de traduction. Parmi les outils de TAO les plus connus, on compte, entre autres, MemoQ, Across et SDL Trados. Les outils de TAO sont utilisés pour les projets de plus grande envergure pour lesquels une terminologie uniforme et la création de bases de données réutilisables sont de la plus grande importance. Le logiciel de TAO divise le texte à traduire en segments. En règle générale, un segment est une phrase. Pendant le processus de traduction, le segment du texte source forme une unité de traduction avec le segment correspondant au texte cible. Les unités de traduction sont enregistrées dans un fichier appelé « mémoire de traduction » à laquelle le traducteur accède systématiquement et automatiquement lors des traductions suivantes.

Prestataires de services de traduction
C’est par ce terme que sont désignées les personnes qui fournissent des services de traduction.

Prestataires de services linguistiques
Désignation générale pour les interprètes et les prestataires de services de traduction et d’autres services en lien avec les langues (par ex. cours de langue).

Rédaction et réécriture (anglais : rewriting)
Les traductions de textes marketing en particulier requièrent souvent une réécriture monolingue complète sur le plan rédactionnel et créatif.

Relecture-expertise (« review ») 
C’est la relecture d’une traduction assurée par un relecteur spécialisé, ou expert, dans le domaine de spécialité. Il vérifie si le contenu du texte cible correspond au but convenu et au domaine de spécialité sur le plan linguistique, et s’il est conforme aux conventions qui établissent la pertinence de ce type de texte. Le relecteur expert ne vérifie que la traduction. Il ne se réfère pas au texte original.

Relecture sur épreuves
Réalisée sur papier, c’est l’ultime correction à apporter avant la signature du bon à tirer (BAT). Relecture complète, contrôle de la mise en page, contrôle et structure de l’ouvrage.

Révision (voir lecture-correction, préparation de copie)
C’est l’examen bilingue du contenu dans la langue cible par rapport au contenu dans la langue cible. C’est le réviseur qui accomplit cette tâche. (source : Norme ISO 17100 :2015).

Système d'interprétation simultanée
En interprétation simultanée, chaque interprète travaille dans des cabines spéciales à partir desquelles les participants au congrès ou à la conférence entendent la traduction par l’intermédiaire d’un casque. Les conférenciers parlent dans un micro sans fil, un micro-cravate ou un micro-oreillette. Les signaux des conférenciers parviennent à une table de mixage grâce à des unités de réception. Celle-ci transmet le signal sous une forme adaptée et optimisée à des « boîtes » situées sur la scène, qui permettent d’entendre le signal original dans la salle et dans les cabines des interprètes. Les interprètes entendent le discours du conférencier via un casque et traduisent simultanément dans leur micro. Le signal des interprètes, c’est-à-dire le discours dans la langue étrangère, est retransmis via un micro dans un émetteur connecté à plusieurs émetteurs infrarouges. Ces émetteurs infrarouges permettent de transmettre le signal de chaque interprète aux auditeurs. Chaque auditeur dispose d’un petit récepteur léger et facile à utiliser. Il est possible de régler le volume sonore et de choisir différents canaux (et donc les langues). Afin de garantir une réception sans interférences, la quantité suffisante d’émetteurs doit être disponible sur place. Le nombre d’émetteurs nécessaires dépend de la taille de la salle, du nombre de canaux nécessaires (la surface d’illumination d’un émetteur diminue en fonction du nombre de canaux à transmettre) et de l’installation d’éclairage de la salle (la lumière directe du soleil altère fortement la connexion infrarouge). Étant donné que les ondes extrêmement courtes des émetteurs infrarouges peuvent difficilement gérer les obstacles par diffraction des ondes, cecis doivent être placés de manière à établir au moins un contact visuel approximatif avec les récepteurs. Les surfaces claires et lisses présentent un avantage puisqu’elles réfléchissent la lumière infrarouge, améliorant donc la fiabilité de réception.

Texte cible
Le texte cible est le résultat du processus de traduction. Si un texte anglais est traduit en français, le texte français est le texte cible.

Texte source
Le texte source est le texte qui sert de base à la traduction.

Traducteur
Un traducteur restitue par écrit un texte d’une langue (langue source) dans une autre langue (langue cible). Il est important que la traduction transmette le même message que l’original. En moyenne, un traducteur peut traduire environ 2 000 à 2 800 mots par jour. Au cours de la traduction, le traducteur doit veiller, par ex., à la terminologie spécialisée, à la grammaire et au lexique, au style, à l’environnement linguistique, au format ainsi qu’au groupe cible et au but de la traduction.

Traduction
Il s’agit de la retransmission écrite d’un texte d’une langue (langue source) vers une autre langue (langue cible). Il est important que la traduction transmette le même message que l’original. En moyenne, un traducteur peut traduire environ 2 500 à 3 000 mots par jour. Au cours de la traduction, le traducteur doit veiller, par ex., à la terminologie spécialisée, à la grammaire et au lexique, au style, à l’environnement linguistique, au format ainsi qu’au groupe cible et au but de la traduction.

Traduction assistée par ordinateur (TAO)
Pour les projets de traduction de plus grande envergure, dans lesquels de nombreuses parties du texte se répètent et qui exigent une uniformité terminologique, nous utilisons des logiciels informatiques de très haute qualité. Ces outils de TAO divisent le texte à traduire en segments. Chaque segment du texte source forme une unité de traduction avec le segment correspondant du texte cible. Cette unité de traduction est enregistrée dans une « mémoire de traduction ». Chaque fois qu’un segment se répète dans le texte source, la mémoire de traduction affiche immédiatement la traduction qui en a été faite. La réduction de la charge de travail et des délais de traduction permettent d'obtenir des prix très avantageux.

Traduction spécialisée
Une traduction spécialisée, appelée tout simplement « traduction » dans le langage courant, est effectuée par un traducteur spécialisé, ou expert, dans un certain domaine (droit, économie, finance, etc.).

Transcription
Par « transcription », on entend la création d’une version écrite de textes parlés.